L’évènement des bancs rouges de l’Association « Femmes Solidaires » Poème

LE BANC ROUGE

Nous voici tous réunis devant ce banc,

Un banc rouge, couleur du sang…

 

Comme le sang de ces femmes, de ces jeunes filles,

Pour elles, plus de soleil, plus rien qui ne brille…

 

De chacune, nous devons nous souvenir,

Imaginer leurs souffrances, ce qui a fait mourir…

 

Elles laissent des soeurs, des frères, des tantes, des ami.e.s,

Des familles entières brisées à l’infini…

 

C’étaient des jeunes filles amoureuses qui excusaient, pardonnaient, se taisaient….

Sans voir que sur elles, lentement, le piège se refermait…

 

Elles étaient aussi des mamans,

Que  leurs enfants pleurent, maintenant…

 

Quand ils n’ont pas laissés, eux-mêmes, leurs vies

Dans  ces horribles tragédies…

 

Elles n’ont pas osé parler tant leurs peurs étaient denses,

Elles ont tout supporté : les insultes, les coups, l’horreur en silence…

 

Et, quand parfois, elles parvenaient à s’échapper,

Il n ‘ y avait pas grand monde pour les écouter…

 

Oui, il y a des écrits, des lois,

mais ça ne donne pas toujours un toit…

 

Alors, quand on a nulle part où se réfugier,

On reste là où on se fera tuer….

 

Ce banc rouge est unique, symbolique,

Mais la réalité est si tragique…

 

Pour asseoir les victimes d’une seule année,

Ce sont plus de quarante bancs qu’il faudrait placer…

 

Pensons aussi à celles qui restent blessées et traumatisées,

On en remplirait plusieurs salles de ciné…

 

Sauf que ce n’est pas d’un mauvais scénario dont on parle,

Mais d’une réalité devenue trop banale…

 

C’est maintenant à la jeunesse

Qu’il faut que l’on s’adresse…

 

Leur répéter que le Secret,

C’est bien sûr, le Respect…

 

Qu’être une femme ou un homme,

ça ne change rien à la la donne…

 

Que, quels que soient les désaccords,

L’Amour ne doit jamais conduire à la mort…

 

Alors, tous ensemble, brisons le Silence,

Refusons, stoppons ces violences…

 

Pour que dans ce monde qui bouge,

Il n’ y ait plus besoin de bans rouge…

 

Mylène Jacquet

 

 

Publié dans Actualités
Un commentaire pour “L’évènement des bancs rouges de l’Association « Femmes Solidaires » Poème
  1. Villalonga dit :

    Quel magnifique poème écrit par une mère dévastée par la perte de sa fille chérie dont le seul tord a été d’aimer la mauvaise personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*